Favignana : l’île aux trésors

Aujourd’hui nous mettons le cap sur l’île de Favignana ! Au large de l’Ouest sicilien, se trouve l’archipel des Égades, bien souvent méconnu des voyageurs, à tort !

Favignana en pratique

Se rendre à Favignana

Au départ de Trapani, de nombreuses compagnies proposent des navettes maritimes très régulières, surtout en été. Il est donc facile d’acheter son billet directement sur le port.

Circuler à Favignana

Un conseil, si vous comptez réserver un scooter ou un vélo sur place, prenez les premiers ferries de la matinée, car passé 11 heures, vous ne trouverez plus rien. La version scooter est beaucoup plus confortable et économique en terme de temps et d'énergie : vous en aurez besoin pour barboter ! En plus de cela, le scooter donne un vrai côté dolce vita, alors foncez !
L’île fait environ 19 km2 et il vous faudra 1 heure pour la traverser avec votre nouveau destrier. Elle est constituée d’une quinzaine de criques, toutes différentes, certaines de sable fin, d’autres de roches, certaines très étroites, d’autres au contraire très vastes mais parfois plus difficiles d’accès pour votre scooter.

blog-italie-sicile-favignana (2)

Les criques de Favignana

Cala Azzura

La plage principale de Favignana est idéale pour les familles ou les apéritifs de fin de journée dans la petite paillotte en bord de plage. Ses eaux sont bleues azur et son sable vous permettra de vous y installer sans difficulté. Attention tout de même, elle est vite bondée en été.

Cala Rossa

C'est la plage la plus spectaculaire d’entre toutes. Son nom est lié aux guerres puniques dont ont dit qu’elles colorèrent ses eaux de rouge.
On y arrive en partant vers l’est de l’île. Attention les panneaux indicatifs ne sont pas toujours très fiables, remettez-vous en plutôt à votre plan de l’île. Il faudra garer votre scooter en haut de l’éperon rocheux qui surplombe la crique et descendre à pied une côte légèrement difficile d’accès, à éviter donc pour les familles avec des enfants en bas âge, ou les femmes enceintes. Cependant, cette crique est faite de plusieurs rochers plats qui vous permettront ensuite de vous y installer tranquillement.

blog-italie-sicile-favignana (3)
Avant de descendre, n’oubliez pas les photos souvenir car la vue d’en haut est tout simplement à couper le souffle. Les eaux turquoise de la crique sont absolument transparentes, les ombres nettes des bateaux et des baigneurs jouent dans l’eau et en font une véritable piscine à ciel ouvert !
C’est en toute hâte que le voyageur rejoindra le rocher élu, posera sa petite serviette, enfilera ses lunettes de plongée et se jettera littéralement à l’eau ! Très belle surprise, c’est du sable qui caressera vos petits petons ! Je n’insiste pas sur le fait que l’eau est chaude, sans aucune vilaine méduse pour vous importuner, juste quelques gentils petits poissons à observer. Très vite immergé, ce sont alors de merveilleuses sensations qui vous prendront : liberté, relaxation, plénitude et oubli de tous les tracas de l’année, laissés avec la serviette sur son petit rocher !

Favignana et ses pêcheurs

Après une journée de mer et de soleil, de limonades et de balades en scooter, envahis par la douce sensation d’insularité, pourquoi ne pas faire une dernière halte au port pour un ultime aperitivo ?
Vous découvrirez au passage les visages burinés des deux légendes vivantes de l’île : les pêcheurs Gioacchino Cataldo et Clemente Ventrone, dont les photos ont envahi les vitrines des échoppes de l’île. Ces deux vieux loups de mer aux incroyables visages herculéens sont célèbres pour avoir attrapé des milliers de gigantesques thons rouges lors des spectaculaires et sanglantes mattanza, dont le but est la mise à mort de ces géants des mers pris dans des filets de plusieurs kilomètres de long. Une véritable institution à Favignana, qui a cependant dû cesser pour la protection de l’espèce.
Et ainsi se termine cette journée hors du temps. L’île de Favignana est un ailleurs à part, une île aux trésors, merveilleuse, surprenante, sauvage, mythique aussi : un petit bout de paradis au large de la Sicile.

© photo principale : Élisa Thubeuf © photos articles de haut en bas : Élisa Thubeuf