La Vespa : histoire d’une légende

Je suis moi-même une grande fan de cette icône du design italien. Elle me rappelle de plus jeunes années romaines mais aussi une certaine époque à Paris, lorsque je possédais encore un bien joli modèle rouge. Se déplacer à Paris devenait alors une (presque) partie de plaisir ! Aujourd’hui, je dois seulement me contenter d’un porte-clés à l’effigie de la plus célèbre des « guêpes » mais j’ai l’espoir de renouer un jour avec elle qui m’a autrefois tant fait tant vibrer !
blog-italie-vespa

Ma quanto è bello andare in giro per i colli bolognesi se hai una Vespa Special che ti toglie i problemi…
La scuola non va…
ma ho una Vespa
una donna non ho…
ma ho una Vespa

Que l’on traduirait par… « Mais comme c’est chouette de faire un tour sur les collines de Bologne quand tu as une Vespa Special, qui te fait oublier tous tes problèmes. L’école ça ne va pas… Mais j’ai une Vespa. Une femme je n’en ai pas, mais j’ai une Vespa »

Ce titre dansant du groupe Luna Pop écrit à la fin des années 90 montre bien tout l’amour que portent les Italiens à ce scooter mythique ! Des rues de Rome aux collines de Bologne, la Vespa est l’un des, sinon le moyen de locomotion préféré de nos cousins d’outre-Alpes. Avouons-le… On a tout de suite fière allure sur cet engin délicieusement « vintage » !

Pour les Casanova des temps modernes, c’est même un outil de drague. Les Italiennes, quant à elles, peuvent garder leurs jupes et robes fashion sans peur de les froisser. Sans parler d’en monter et d’en descendre, qui se fait toujours sans accroc et avec classe. La Vespa, en Italie, est un symbole de réussite et du design made in Italy, mais aussi celui d’un changement dans les mœurs (il a été dessiné pour les femmes notamment), des débuts de la société de consommation et aussi du cinéma,  de la dolce vita des années 50.

La naissance de la « guêpe »

C’est en 1946 que naît la fameuse Vespa, qui est présentée au mois d’avril de la même année au Golf Club de Rome par Piaggio. Cette société, qui crée la surprise en présentant son innovation, produisait alors des trains et des avions de chasse. Mais lorsque l’usine de Pontedera, située près de Pise, est bombardée par les alliés, l’industriel n’a alors d’autre choix que se reconvertir…

L’un de ses ingénieurs aéronautiques, Corradino d’Ascanio, se met à plancher sur un projet de moto qui se conduirait en position assise : idéal pour toutes les ragazze en jupes ! Lorsque qu’Enrico Piaggio découvre la création de Corradino et le contraste entre la partie avant et son derrière plus rebondi, il s’exclame : « Sembra una vespa ! ». On dirait une guêpe !

Enrico Piaggio et la Vespa
Enrico Piaggio et la Vespa

Le succès est alors immédiat ! Il faut dire qu’il s’agit d’une petite révolution dans le monde des motocyclettes : le moteur est dissimulé dans la partie arrière, le bras porteur s’inspire du train d’atterrissage d’un avion, permettant ainsi de démonter la roue avant en un rien de temps et le changement de vitesse s’opère sur la poignée gauche. La position assise, les pieds sur la plateforme permet une conduite pratique et agréable. Plus de 18 millions de Vespa se sont écoulées à travers le monde depuis sa naissance en Toscane.

L’objet du désir

Depuis 1946, Piaggio a sorti de nombreux modèles et créé un véritable engouement autour de  son scooter. Parmi ceux-ci, on trouve même une version militaire équipée d’un canon,  commande spéciale de la France.

blog-italie-vespa-canon

Mais en termes de « glamourisation », c’est sans conteste au 7ème art que  la Vespa doit une partie de sa notoriété, avec notamment le mythique Vacanze Romane  de William Wyler où Audrey Hepburn et Gregory Peck sillonnent les rues de Rome sur le deux roues ou bien encore La Dolce Vita de Fellini, qui met en scène des paparazzi poursuivant Anita Ekberg. La Vespa s’est également fait connaître à travers un calendrier de célèbre pin-ups ! Ursula Andress ou Romy Schneider furent ainsi immortalisées sur la Vespa pour le plus grand plaisir des fans de l’engin, et des belles actrices !

Aujourd’hui, les amoureux de la Vespa, les « vespistes », se comptent par milliers. Ce fan club se retrouve régulièrement dans différentes villes d’Europe pour des promenades, des rassemblements ou des même des courses. Parmi ces grands rendez-vous, citons le Sciame d’argento à Milan (1948) ou le Giro dei Tre Mari (1953). Pour les passionnés, la Vespa n’a pas de prix : certains n’hésitent pas à dépenser des milliers d’euros pour s’offrir les modèles les plus anciens.

Bien entendu, le succès fut tel que le marché de la contrefaçon s’en est aussi emparé et l’on trouve aujourd’hui de pâles copies réalisées dans des pays asiatiques, que l’on peut se procurer en échange de quelques dollars. Quoiqu’il en soit, la Vespa est entrée dans l’histoire et elle n’est pas prête d’en sortir ! Si vous souhaitez en savoir plus, rendez-vous au musée Piaggio de Pontedera !

© Photo principale : Halfrain / Flickr , © Photos de l'article n°2 : Gwénaëlle Simon, n°3 Domaine Public, n°4  C. Galliani