La villa de l’acteur Alberto Sordi devient un musée

Cette icône du cinéma italien d’après-guerre méritait bien qu’on lui consacre un lieu, et bien heureusement,  celui-ci ne devrait plus tarder à voir le jour. Né en 1920 dans le populaire Trastevere romain, Alberto Sordi est un acteur qui a marqué plusieurs générations, et qui restera éternellement dans le cœur des Italiens, qui, il faut le dire, lui vouent un véritable culte. Il ne risque pas de tomber en désuétude ! On le comprend aisément lorsqu’un on découvre son incroyable filmographie : Alberto Sordi avait cette capacité à émouvoir et surtout à faire rire, beaucoup.

Il suffit, pour le comprendre, de le voir incarner ce Romain doux rêveur aux aspirations américaines dans Un Americano a Roma.  Avec son visage tendre et mélancolique et sa gouaille toute romaine, il est inoubliable. C’est d’ailleurs le premier film que j’ai vu de lui, et je prends toujours plaisir à le revoir.

https://www.youtube.com/watch?v=aVi55nTnU4U

C’est  grâce à Federico Fellini qui le met en scène dans le mythique I Vitelloni qu’il voit sa côte de popularité exploser.  Il jouera avec les plus grands : Luigi Comencini, Ettore Scola, Vittorio de Sica ou Dino Risi, Sordi … incarnant l’Italien moyen, toujours joyeux, avec talent et dévotion.

Aux côtés d’acteurs comme Vittorio Gassman, Nino Manfredi, Marcello Mastroianni ou Ugo Tognazzi, il faisait partie de la dream team de l’âge d’or du cinéma transalpin. Rappelons par ailleurs qu’Alberto Sordi ne s’est pas cantonné à son métier d’acteur puisqu’il s’essaiera à la réalisation à de multiples reprises. En 1966, il réalise Fumo di Londra et sera l’auteur d’une vingtaine de films jusqu’Incontri Proibiti (1998).

blog-italie-alberto-sordi

En 2011, la Fondation Musée Alberto Sordi voit le jour. Son projet : transformer cette maison, délaissée depuis son décès en 2003, en un lieu dédié à sa mémoire. L’année dernière, la presse a été conviée à découvrir l’antre du monstre du 7ème  art et notamment son théâtre personnel, où il prenait plaisir à recevoir de prestigieux invités, ainsi que différentes pièces qui accueilleront dans un futur très proche un public que l’on imagine aisément très enthousiaste. Il vous sera donc bientôt possible de vous retrouver dans son bureau, où il conservait tous ses prix,  de faire l’inventaire de son dressing aux innombrables costumes, de vous imaginer à table avec ses célèbres convives dans sa salle à manger ou d’imaginer  le rasage parfait, à l’ancienne, dans sa « barberia » privée.

Dans l’optique de cette ouverture prochaine, un travail de restauration et de numérisation de ses œuvres a été mise en place. Les nombreux tableaux et objets que l’acteur possédait ont quant à eux été mis en sûreté suite à la qualification de sa demeure en lieu d’intérêt historique et artistique national. Afin de redonner toute la splendeur à ce lieu et pour optimiser l’espace en tant qu’espace public, et de développer l’aspect interactif, un concours a été lancé par la fondation à l'intention des jeunes architectes italiens.

Certes il va falloir être un peu patient, mais pour ma part, j’ai hâte !

© photo principale : capture d'écran du film Sotto il sole di Roma (1948) © photo de l' article: capture d'écran du film Buonanotte... avvocato ! (1955)

© vidéos Youtube : n°1 extrait de Un Americano a Roma (1954) de Alberto Sordi, n°2 extrait de I Vitelloni de Federico Fellini