Les fabuleux retards des Italiens

« J’arriiiive ! »
« Je suis là dans 2 minutes »
« Je suis au coin de la rue »
« Commencez sans moi je suis en train de me garer »
« Descendez, je suis presque arrivé »
« Comment fais-tu pour ne pas me voir, je suis bien là pourtant !! ».
Ces petites phrases en apparence si anodines et innocentes sont pourtant bel et bien le petit cauchemar de mon quotidien en Italie ! Car oui, il est une vérité que je ne saurais taire : l’Italien et le retard sont une même entité monstrueusement amalgamée, comme Bonny and Clyde, la pastà et le sugo ou Tic et Tac! Un duo sournois et complice qui mettra souvent vos nerfs à dure épreuve !

Le retard comme art de vivre

Cela commence dès le matin : un gentil médecin donne rendez-vous à 9h à ses patients, mais qu’il ne pointe le bout de son nez qu’à 9h30 ; un professeur commence systématiquement ses cours avec 15 minutes de retard, fier de respecter la célèbre tradition du quart d’heure italien (retard académique volontaire et systématique) ; un ami vous fait attendre 10 minutes sous la pluie alors qu’il habite à deux pâtés de maison ; votre chef vous promet une gratification qui n’est toujours pas arrivée, et j’en passe !
Et je ne parle pas du bus qui, s’il arrive en retard est un très bon présage, car sinon cela signifie que la course a tout simplement sauté ! Pour ne pas parler des gares dont les panneaux d’affichage ont une colonne spéciale pour les retards! Un véritable complot public du retard organisé. Et puis, il y a les retards mystiques de l’administration, mais je crains à mon tour de vous mettre en retard en entamant la discussion!
Pour s’apaiser, le petit Français râleur mais néanmoins philosophe cherchera une maxime dans ses classiques (car tout comme l’Italien, il use toujours de phrases fortes pour ponctuer les moments clés de sa vie), comme le réconfortant « patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». Même si, là tout de suite, le petit rat français aurait tout de même bien envie de donner une bonne rouste au lion italien malappris, pour l’attente !

La ponctualité comme manière d'être désagréable

Il existe néanmoins une autre espèce d’Italiens, en voie de développement, et née en opposition à ce diktat du retard standardisé. Cette catégorie prône ainsi la ponctualité à outrance, voir l’avance paramétrée.
Attention les spécimens de cette espèce sont redoutables, car arrivant de fait toujours avant vous, ils vous feront inévitablement vous sentir comme l’affligeant retardataire cité plus haut. Se faire critiquer pour laxisme est véritablement le comble pour le petit Français râleur ! Fuyez donc autant que possible cette catégorie nuisible pour votre salut ! Il sera en effet de toute façon toujours plus gratifiant d’être le premier que le dernier !
Vous l’aurez compris, l’Italie n’est pas le pays de la ponctualité, et si je peux vous confier un petit secret qui va à l’encontre de mes principes: c’est bien comme ça que je l’aime !
Note finale à l’usage des petits Français râleurs : retardez votre montre, oublier les notions d’espace/temps, respirez un bon coup et souriez car le petit oiseau italien finira bien par sortir !

© photo principale : Élisa Thubeuf