Les villas de Tivoli

Située une quarantaine de kilomètres de Rome, Tivoli mérite bien que l’on prolonge son séjour dans la capitale italienne. Cette petite ville construite sur les monts Tiburtini abrite deux monuments exceptionnels inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : la Villa Adriana et la Villa d’Este. Bien que plusieurs siècles séparent ces deux ensembles architecturaux, tous deux exercent sur les visiteurs un même pouvoir de fascination.

Par une belle journée ensoleillée d’avril, j’ai décidé de quitter le chaos et les klaxons incessants de la cité romaine pour prendre un peu l’air. L’avantage de Rome est que l’on peut rapidement se retrouver au cœur de paysages naturels grandioses. Mer, montagne, campagne : le voyage est très rapide, et à moindre coût.

Une fois la destination choisie, le rendez-vous était pris dans l’immense gare centrale de Termini. Pour moins de 10 euros aller-retour et à peu près une heure de trajet en train, nous nous sommes donc retrouvés à Tivoli. C’est par la Villa d’Este, facilement accessible depuis la gare, que nous avons commencé notre excursion dans cette cité fondée en 1215.

blog-italie-tivoli
Tivoli, idéale pour une échappée à la campagne depuis Rome © shimyra/fotolia.com

La Villa d'Este et ses giardini delle meraviglie

La Villa d’Este est sans conteste la plus impressionnante des deux, et probablement celle qui attire le plus de touristes. En raison de son jeune âge, en comparaison à celui bien avancé de la Villa Adriana, elle a conservé toute la splendeur de ses débuts.

Sa construction fut réalisée en 1550 sur une commande du cardinal Hippolyte II d'Este, alors gouverneur de Tivoli, désireux de reproduire ici les fastes des cours de Rome ou de Fontainebleau. La demeure en elle-même est un pur chef-d’œuvre, avec ses pièces décorées de fresques, mais ce sont ses jardins qui font la plus grande impression.

Déjà, depuis le perron et son escalier, on comprend que l’on entre dans un autre monde, bien loin des petits tracas du quotidien. Car ces giardini delle meraviglie, devenus par la suite modèles de nombreux jardins de style baroque et maniériste en Europe, sont une invitation au bonheur. Et un enchantement pour tous les sens. Senteurs parfumées de ses massifs de fleurs, doux clapotis de l’eau et le subjuguant spectacle de ses jeux d’eaux, terrasses, grottes et fontaines : se promener dans les jardins de la Villa d’Este est un bon remède à la morosité et à la mauvaise humeur. Parfois interrompu par le ballet incessant des perches à selfie.

blog-italie-tivoli-villa-adriana-unesco
La Villa Adriana à Tivoli © shimyra/fotolia.com

La Villa Adriana, chef-d'œuvre classique

On retrouve en revanche un peu moins de perches à selfie du côté des ruines de la Villa Adriana en contrebas, un peu moins fréquentée (du moins le jour où je m'y suis rendue). Pour s’y rendre, on peut choisir la marche (un peu sportive au retour) ou une navette.

La Villa Adriana est une immense villa antique, réalisée pour l’empereur Hadrien au IIe siècle, fasciné par les monuments qu’il avait visités lors de ses voyages en Grèce. Même s’il ne subsiste que des vestiges des anciens monuments, dont quelques-uns très bien conservés comme le Théâtre Maritime, on peut se faire une petite idée de la magnificence du lieu par le passé. Il est en outre très agréable de se promener dans le Pœcile, ou jardin gigantesque romain (en n’oubliant pas une crème solaire et un chapeau).

Pour terminer, sachez que Tivoli et ses sources d’eau soufrée sont également une destination connue par ceux qui souhaitent faire des cures thermales.

photo principale : La Villa d'Este, patrimoine mondial de l'Unesco © Pixelshop/fotolia.com