MAXXI, le Musée National des Arts du XXIe Siècle à Rome

Des milliers d’années d’histoire et des œuvres d’art à n’en plus finir font de Rome une ville bénie par les dieux et les touristes. Mais comment faire vivre l’art contemporain dans une ville où le temps semble s’être arrêté ? À quelques pas du cœur historique de la cité éternelle, le MAXXI se veut un temple moderne de l’art contemporain, ancré dans l’un des berceaux de l’humanité. Un nouvel incontournable lors d'un voyage à Rome.

Un édifice signé Zaha Hadid

Le Maxxi est une construction avant-gardiste réalisée par la talentueuse Zaha Hadid, à qui l’on doit notamment l’incroyable centre culturel de Bakou, en Azebaïdjan. La célèbre architecte irako-britannique, malheureusement disparue en mars 2016, fut choisie parmi les 273 candidats de toutes nationalités sélectionnés lors d’un concours organisé par le Ministère de la Culture Italien en 1998, sous l’impulsion de Francesco Rutelli, alors maire de Rome. Pour cet édifice futuriste, inauguré en mai 2010, l’artiste fut récompensée du prestigieux prix Stirling, qui met à l’honneur la plus belle création architecturale de l’année par la Grande-Bretagne.

Au milieu des habitations romaines couleur ocre, le MAXXI fait figure d’OVNI. Mais il est selon moi l’écrin parfait pour accueillir des œuvres contemporaines. Le parcours peut parfois être un peu sinueux, et l’on se demande parfois comment enchaîner les salles. Mais sa luminosité, ses courbes, l’alliance des matériaux et le vaste espace pour accueillir le visiteur font du MAXXI un musée séduisant, dans lequel on ne se sent pas oppressé. À l’opposé de certains lieux d’art surchargés qui nous donnent rapidement une sensation d’étouffement.

Une cafétéria et des food trucks sont en outre à votre disposition pour une pause repas au cours de votre visite. Et pour les souvenirs arty/cool, direction la librairie.

Collections et expositions temporaires

Le MAXXI se consacre à l’art contemporain, à travers de nombreuses expositions dédiés à des artistes plasticiens (déjà connus ou à de jeunes talents), à des photographes, mais aussi à l’architecture du XXe et XXIe siècle. Il abrite et présente ainsi de nombreux documents, maquettes et images relatif à ce domaine, son évolution, et aux grands architectes qui ont marqué l’histoire.

Le musée organise d’ailleurs actuellement une exposition dédiée au vénitien Carlo Scarpa, et plus précisément à l’influence de la culture japonaise dans son œuvre architecturale. Parmi les éléments centraux ayant été source d’inspiration, on peut notamment parler de la philosophie japonaise dans son ensemble ou de l’élément aquatique intégré dans l’édifice-jardin.

Mon faible va pour ma part à la photographie et j’ai particulièrement apprécié la rétrospective consacrée à la photoreporter sicilienne Letizia Battaglia. Ses clichés noir et blanc, qu’ils s’agissent de portraits, de scènes de vie quotidienne ou des assassinats perpétrés par la mafia à Palerme et dans les campagnes, sont d’une grande beauté et particulièrement saisissants.

Son art du cadrage, de la mise en scène, et sa façon de dévoiler l’âme des individus qu’elle photographie m’ont beaucoup touchée. En déambulant dans le musée, on peut également découvrir les œuvres monumentales d’artistes comme Anish Kapoor et son « Widow ».

© Photo principale et photos de l'article : Gwenaëlle Simon