Un soir à la Fenice

Ce week-end coup de folie, je vole direction Venise ! Venise la Sérénissime, patrie des arts et du divertissement, des délices et des excès…Cette fois-ci, j’ai voulu laisser les gondoles où elles étaient et m’offrir un petit moment de magie et de privilège, en enfilant ma plus belle robe et en poussant, accompagnée de mon prince charmant, les portes du mythique théâtre de la Fenice.

Quand le phœnix renaît de ses cendres

blog-italie-venise-fenice-2

C’est en 1790 que la Fenice (le phoenix) prend son envol, naissant sur les cendres du petit théâtre San Benedetto, dans le quartier San Marco. Très vite, la Fenice jouit de l’aura de grands compositeurs comme Rossini, Donizetti et Bellini.
1832, un incendie s’empare des lieux et la Fenice de créer son mythe. Elle est aussitôt reconstruite et Verdi y compose bientôt quelques-unes de ses plus grandes œuvres : Attila, Rigoletto et la Traviata.
En 1996, un nouvel incendie s’en prend au théâtre déjà légendaire, ravageant entièrement l’intérieur, seules les façades résistent. La mobilisation des Vénitiens ainsi que de l’État lui-même et de la communauté internationale fait une fois encore renaître le désormais mythique théâtre italien qui ouvre de nouveau ses portes en 2003.

Avant les trois coups

blog-italie-venise-fenice-1
Ce soir, je vais découvrir L’Africaine de Meyerbeer, œuvre en 5 actes composée en 1864 et dont la première représentation a eu lieu à l’Opéra de Paris en 1865.
Je prends place au 3e étage, dans une loggia à 4 places possédant son propre balcon. J’ai toujours aimé l’ambiance de ces théâtres à l’italienne. Avant le lever de rideau, les spectateurs se cherchent, s’observent, repèrent leurs sièges et les chanceux des loggias concluent que c’est plus cher mais tout de même bien mieux que le poulailler. Les petits groupes commentent les décors grandioses, rêvent en regardant le somptueux lustre, immortalisent ce moment unique, montrent du doigt l’orchestre qui se prépare à jouer, relisent le livret de l’œuvre qui va commencer, envoient leurs derniers messages, saluent leurs amis avant le lever de rideau, toussotent, chaussent leurs lunettes, et s’exclame d’un « aaah » de soulagement lorsque la lumière indique que le spectacle va commencer…

Au baisser de rideau

blog-italie-venise-fenice-caffe-martino

Après plus de 4 heures de spectacle et pas moins de 4 entractes ponctués de verres de prosecco suivi de plusieurs cafés serrés pour tenir bon, un tonnerre d’applaudissement éclate en les murs de la Fenice. Le spectacle fut grandiose, les artistes bravissimi et la soirée une des plus romantiques qui m’ai été donné de vivre !
Pour conclure en beauté, mon prince charmant et moi, encore enivrés des chants envoûtants de L’Africaine, avons prolongé la soirée en savourant quelques-unes des spécialités vénitiennes de l’Antico Caffè Martini, restaurant datant de 1720, situé aux pieds de l’opéra : comme pour ne pas quitter tout à fait le triomphal phénix, et en savourer encore un peu de magie…

Découvrir La Fenice
La Fenice, San Marco 4387, 30124 Venezia. Tél. : 39 041 786672
Antico Caffé Martini, Campo Teatro Fenice 2007, 30124 Venezia. Tél. : 39 041 5224121
© photo principale : Élisa Thubeuf © photos article de haut en bas : Élisa Thubeuf